Togo à l’honneur

Pays à l’honneur : Togo  :

Présentation générale :

Le Togo est l’un des plus petits états africains (7,6 millions d’habitants), situé en Afrique de l’Ouest entre le Ghana et le Bénin. Sur le plan économique, il doit une grande partie de son dynamisme à l’importance du port de Lomé, sa capitale.

Ces dernières semaines, le Togo a été au cœur de l’actualité africaine avec des affrontements violents entre les forces de l’ordre et les manifestants opposés au président Faure Gnassingbé, dont la famille est au pouvoir depuis 1967.

 

📖 Le point historique 📖 D’une unité linguistique à une crise politique :

Colonisé par l’Allemagne dans un premier temps, la France et le Royaume-Unis se sont ensuite partagé le Togo pendant la Première Guerre mondiale. En 1919, le pays est officiellement divisé en une partie britannique et une partie française via deux mandats de la Société des Nations. En 1956, la partie anglophone du Togo choisit par référendum d’être incorporée au territoire de la Gold Coast (futur Ghana).

En 1960, sous l’impulsion de Sylvanus Olympio, le Togo désormais entièrement francophone, obtient son indépendance. Olympio, qui s’oppose à la fusion du Togo avec le Ghana, est élu Président de la république en 1961, avant d’être assassiné en 1963 à la suite d’un coup d’État.

En 1967, le militaire Eyadema Gnassingbé prend le pouvoir, qu’il gardera jusqu’à sa mort en 2005. Le pouvoir reste cependant dans la famille puisque son fils, Faure Gnassingbé est porté à la présidence après l’élection du 24 Avril 2005.

Aujourd’hui, le climat politique au Togo s’alourdit et Faure Gnassingbé doit faire face à la montée des mouvements d’opposition contre son régime accusé de bafouer les principes démocratiques les plus élémentaires. Après deux réélections fortement contestées en 2010 et 2015, l’opposition menée par Jean-Pierre Fabre réclame la démission du président qui a feint un compromis à travers un projet de révision constitutionnelle devant limiter à deux le nombre de mandats présidentiels. Toutefois, cette modification est catégoriquement dénoncée du fait de sa non rétroactivité ce qui permettrait au président actuel de se représenter en 2020, voire en 2025.

Depuis plus de deux mois, les manifestations s’enchaînent au sein du pays, principalement à Sokodé et à Lomé. Ainsi plus de 100 000 personnes se sont rassemblées dans la capitale pour protester les 6 et 7 septembre 2017 selon Amnesty International.

Les violences qui ont fait quelques 200 blessés et 16 morts en deux mois, révèlent l’aggravation de la crise politique au Togo, d’où l’appel de la communauté internationale à l’ouverture de négociations dans le cadre d’une démarche pacifique.

 Point Culture

La fête « Épé Ekpé » est l’une des fêtes traditionnelles les plus importantes non seulement au Togo, mais aussi dans d’autres pays côtiers d’Afrique de l’Ouest. Cette fête est célébrée par le groupe ethnique des Guins (ou Guês) également retrouvés au Ghana et au Bénin. Au Togo les Guins sont majoritairement localisés dans la ville d’Aného, ancienne capitale éphémère du pays lors de la période pré-coloniale.

À l’origine, c’est une cérémonie propre aux Guins venus du Ghana dans la deuxième moitié du 17ème siècle afin de s’installer dans la région des lacs au Togo. Cette fête, qui marque le début de l’année pour les Guins n’a pas de date fixe, toutefois elle a généralement lieu pendant le mois de septembre. La célébration consiste en une série de rituels rythmés par de la musique et des danses traditionnelles, et se concentre autour de la prise de la fameuse pierre sacrée appelée kpessosso à Glidji-Kpodji, cité sacrée des Guins.

Cette pierre est considérée comme porteuse des messages du monde des esprits. La couleur annuelle de la pierre déterminerait l’orientation de l’année et par conséquent, le mode de vie de toute une communauté. Ainsi une pierre blanche annonce des changements propices et du bonheur pour les douze mois à venir. Par opposition, lorsqu’elle prend une couleur plus sombre, elle annonce des troubles notamment en ce qui concerne la saison des pluies et la récolte agricole pour le reste de l’année. Enfin, il est à noter que les vêtements portés par les Guins lors de cette cérémonie sont blancs, couleur symbolisant la pureté.

 📸 Portrait de King Mesah 📸

King

King Mensah, de son vrai nom Mensah Ayaovi Papavi, est un artiste polyvalent togolais né en 1971 à Lomé.

Danseur, chorégraphe et comédien, il est surtout célèbre pour être l’un des musiciens les plus populaires du Togo, comme en attestent les 30 000 spectateurs présents au stade Kégué lors de ses concerts en 2010 et 2011.

Son style musical naît d’une brillante fusion entre musique traditionnelle ewe, musique rythmique kabye, reggae et afrofunk. Il chante en ewe et en mina (langue et dialecte parlés au Togo), ainsi qu’en français. C’est un artiste indépendant qui compte 7 albums, dont le dernier intitulé « Soké » (pardon ou pardonner), sorti en 2014.

Artiste engagé et panafricain dans l’âme, il fait de la promotion de la culture africaine, une notion centrale de son art. Il a d’ailleurs reçu une multitude de récompenses et de distinctions dont « meilleur artiste togolais 2007 », « meilleur artiste social africain » en 2005 et « Chevalier de la Légion d’honneur ». Lui-même orphelin de son père, il a créé une ONG, la « Fondation King Mensah » dédiée à la protection et à l’éducation des enfants orphelins.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :