L’eau sacrée

Non ce n’est pas l’eau du bénitier à l’entrée de l’Église. Non ce n’est pas l’eau que ramène Kirikou au village. Non ce n’est pas non plus la pluie qu’on attendait après un mois de sécheresse, ce n’est pas l’eau de vie…. C’est l’eau de la vie pour les Rwandais, celle qui abreuve leur amour et arrose leur bonheur conjugal, celle qui se répand dans leurs lits, celle qui jaillit de l’origine même de tous les hommes : la femme. Et oui, l’eau sacrée c’est la précieuse éjaculation féminine que la technique très élaborée du kunyaza vise à obtenir. On reconnaîtra que la sagesse africaine se déploie sans limite dans cet exemple, et vous remercierez ESMA de vous livrer de tels secrets ancestraux.

Mais avant de vous livrer quoique ce soit, faisons un peu travailler nos neurones : hormis du bon sens, d’où vient cette vénération du plaisir féminin ? Certains disent au pays des Mille Collines, qu’il y a très longtemps, une reine que la guerre privait de l’attention de son roi depuis trop longtemps, n’eut d’autre choix que d’avoir recours aux talents d’un dévoué serviteur pour la contenter. Loyal envers sa reine, le serviteur se tenait prêt à s’exécuter, mais il n’en tremblait pas moins de peur à l’idée des représailles du monarque auxquelles il s’exposait. Mais au moment où son sexe tremblant toucha le clitoris de la souveraine, jaillit aussitôt l’eau sacrée. De ce petit tremblement advint le kunyaza, dont certains n’hésitent pas à dire qu’il aurait donné naissance à rien de moins que le Lac Kivu (entre le Rwanda et la République Démocratique du Congo).

Lac Kivu

 

Maintenant que vous comprenez bien pourquoi le plaisir féminin est très important (et au cas où vous en doutiez auparavant), nous essaierons de vous expliquer comment fonctionne le kunyaza et ce dans l’espoir que vous ferez bon usage de ce précieux sésame. Et bien au Rwanda, le kunyaza était traditionnellement si important que le sexe des jeunes femmes était préparé à le recevoir en amont du mariage, par une coutume appelée gukana et supervisée par la tante paternelle (concrètement il s’agissait de massages réciproques entre jeunes filles visant à la formation des petites lèvres pour optimiser le plaisir). Ensuite le mari pouvait pratiquer le kunyaza en se servant de son pénis pour tapoter et faire trembler le clitoris de sa bien aimée jusqu’à l’humide épanouissement de la vie dans un jet somptueux ! Puis des prêtres un peu rabat-joies sont arrivés avec les colonisateurs et la pratique du gukana a été qualifiée de péché. Fort heureusement la résistance des plus braves a tenu bon des décennies durant, et le kunyaza n’a jamais cessé d’être pratiqué à l’abri du regard des Églises. Depuis la fin de la période coloniale, il est de plus en plus assumé et remis à jour par de multiples courants – c’est le cas de le dire – féministes africains.

Il y aurait encore tant à dire sur cette pratique fascinante mais pour vous informer de façon plus exhaustive, le mieux est encore de regarder le documentaire réalisé par Olivier Jourdain, un passionné d’anthropologie visuelle, nommé L’eau Sacrée qui a déjà reçu de nombreux prix (lien vers la bande annonce: https://www.youtube.com/results?search_query=l%27eau+sacr%C3%A9e+film+complet ;

lien vers le site officiel : http://sacredwater-movie.com/ ), ou encore de lire l’article consacré par JeuneAfrique au documentaire (http://www.jeuneafrique.com/mag/409334/culture/rwanda-gukuna-kunyaza-leau-sacree-raconte-tradition-secrete-plaisir-sexuel-feminin/ ),

ou si vous êtes vraiement convaincus par cette pratique, vous pouvez toujours lire le l’ouvrage de Nsekuye Bizimana sobrement intitulé Le secret de l’amour à l’Africaine. La caresse magique que chaque homme devrait connaître chez l’éditeur indépendant Leduc S. (https://www.decitre.fr/livres/le-secret-de-l-amour-a-l-africaine-9782848992280.html).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :