Burkina-Faso à l’honneur – Portrait

La leçon du professeur Joseph Ki-Zerbo.

 

« L’innovation par nous du passé seul, du passé simple, ne prouve rien pour le présent et l’avenir, alors que la convocation d’un présent médiocre ou calamiteux comme témoin à charge contre nous, peut mettre en doute notre passé et mettre en cause notre avenir. C’est pourquoi chaque Africaine, chaque Africain doit être, ici et maintenant, une valeur ajoutée. Chaque génération a des pyramides à bâtir. »

Par le Pr. Joseph Ki-Zerbo dans Repères pour l’Afrique, Panafrika, 2007.  

joseph_ki-zerbo_oeuvre_de_m_820488902_joseph_ki-zerbo-bazin3

Des écrits, des idées, des paroles qui survivent après la mort, n’est-ce pas la marque des grands Hommes? Le professeur Joseph Ki-Zerbo en est sûrement de ceux la! Ses pyramides à lui sont ses oeuvres. Une vie à oeuvrer pour restaurer l’Histoire de l’Afrique et pour construire l’unité africaine. Son domaine à lui est l’Histoire, il fut de ceux qui ont démenti l’affirmation de Friedrich Hegel: « L’Afrique n’a pas d’Histoire et ne peut pas en avoir…». Le même Hegel a donné naissance à un mythe épistémologique, qui se compose d’une division géographique (Maghreb / Egypte / Afrique sub-saharienne) d’une part et d’une division raciale d’autre part. Une affirmation formulée d’un point de vue européo-centré qui s’accompagne d’une méconnaissance profonde des sociétés africaines, ainsi que la double négation de la culture et de l’Histoire, des noirs africains en particulier.

normal_le_proff

Joseph Ki-Zerbo est né en 1922 à Toma, une ville qui se trouve actuellement à 190 km au nord-est de Ouagadougou, la capitale du Burkina-Faso. Il présente son père comme étant le premier catholique de la Haute-Volta (ancien nom du Burkina-Faso). Ce même père qui insista auprès de l’administration coloniale pour unir le nom du pére Ki et le nom de la mère Zerbo au sein d’une même appellation patronymique, de là naquit Ki-Zerbo. Joseph grandit dans un espace de brassage culturel et religieux. Sa formation intellectuelle est riche de plusieurs écoles: l’école traditionnelle, qui se base sur l’écoute, l’observation et l’apprentissage rigoureux des savoirs transmis par les ancêtres, elle se ponctue par une reconnaissance sociale du statut de l’érudit; puis l’école coloniale, qui procède avec une rationalisation des méthodes de l’apprentissage, un ensemble de savoirs à maîtriser et qui est sanctionnée par des diplômes.

Ki

Joseph Ki-Zerbo est formé dans les meilleures écoles françaises: il intègre l’institut d’études politiques de Paris (Sciences-Po) en 1949 et en ressort avec un doctorat et le titre de professeur des universités. Parallèlement, il entreprit des études d’Histoire à partir de 1949 à la faculté des lettres de Paris (La Sorbonne) et finit avec une agrégation d’Histoire en 1956, Elikia M’Bokolo dira de lui qu’il est le premier africain à être agrégé d’Histoire.

p1

Son oeuvre d’historien est riche d’innovations méthodologiques et de variétés de sujets historiques qu’elle aborde. L’un de ses travaux porte sur la violence et la barbarie occasionnées par les opérations de pacification de l’ancienne Haute-Volta. Une carrière qui s’annonce pour l’auteur qui proclame sa conscience politique dans la pratique de son métier d’historien. Après tout, Hobsbawm était marxisten, politiquement, ce qui ne l’a pas empêché d’accomplir, académiquement, un travail admirable. L’oeuvre de Ki-Zerbo couvre plusieurs synthèses diachroniques de l’Histoire de l’Afrique, des travaux épistémologiques sur l’éducation et l’identité historique de l’Afrique. Par exemple en 1972 en publiant Histoire de l’Afrique noire, d’hier à demain chez Hatier, Joseph Ki-Zerbo répond à cette négation de l’Histoire en Afrique de Friedrich Hegel. Il fut également de ceux qui ont contribué à l’élaboration du monument : Histoire générale d’Afrique, une encyclopédie historique de l’UNESCO. Il fut le directeur du premier volume: Méthodologie et préhistoire Africaine. Sans doute le plus important des neufs volumes, car il établit une méthodologie historienne propre à l’étude de l’Histoire des sociétés africaines et répond à toutes les controverses épistémologiques qui nourrissent le “négationnisme hégélien”. Parmis les grands historiens qui y contribuent: Cheikh Anta Diop et Amadou Hampâté-Bâ. N’en demeure que ça soit par ses oeuvres individuelles ou par ses oeuvres collectives, Joseph Ki-Zerbo contribua grandement à la restauration de l’Histoire d’Afrique. Son rôle à l’UNESCO ne se limite pas à là, membre du conseil exécutif, il fut pendant de nombreuses années un éminent défenseur de l’Histoire Africaine aux yeux du monde.

ki_zerbo_biblio

A côté de l’oeuvre de l’historien, Joseph Ki-Zerbo s’engagea pleinement pour des sociétés justes et démocratiques en Afrique. Que ce soit en s’opposant au discours de Brazzaville du général de Gaulle et de l’organisation qui en découla, ou même face à au président burkinabé Blaise Compaoré, sa détermination reste la même ne prenant aucune ride avec le temps passant. Le professeur joue en outre un rôle important dans la structuration du modèle scolaire de l’Afrique de l’Ouest. Il poussait toujours les enseignants des différents pays à collaborer pour optimiser l’éducation afin de perpétuer cet engagement scientifique pour l’Afrique. En 1997,  il remporte un prix nobel alternatif (Right Livelihood Awards).

Ses pyramides sont donc l’ensemble de sa production intellectuelle et humaine pour l’Afrique. Et c’est en cela que réside la signification de ses paroles: “Chaque génération a des pyramides à bâtir”, autrement dit l’action des contemporains peut valoriser l’histoire des anciens et a contrario l’histoire des anciens ne peut être invoquée pour valoriser un médiocre présent. Aussi le dernier message du Professeur Joseph Ki-Zerbo est pour le présent: de nos actions individuelles et collectives dépendent la reconnaissance de l’Afrique d’hier, d’aujourd’hui, de demain, en tant que département de l’humanité qui est ni supérieur et certainement pas inférieur aux autres départements.

Bapteme-UO-1-721x410

En 2015, l’université de Ouagadougou est rebaptisée université de Ouaga 1 Pr Joseph Ki-Zerbo, comme pour revendiquer l’héritage d’un monstre sacré de l’historiographie Africaine, à la fois érudit et scientifique. Un hommage qui souligne l’importance qu’a eu le Pr Joseph Ki-Zerbo sur le champ intellectuel et identitaire de l’Afrique.

Pour en savoir plus:
Heguel, La raison dans l’histoire
https://www.monde-diplomatique.fr/2007/11/HEGEL/15275
De Gaulle, le discours de Brazzaville.
http://fresques.ina.fr/de-gaulle/parcours/0006/de-gaulle-et-l-afrique-noire.html
Histoire général d’Afrique, Unesco, Volume 1: Méthodologie et préhistoire africaine.
http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001843/184341f.pdf
Emission Rfi par Elikia M’Bokolo, Mémoire d’un continent: Pères de l’Histoire Générale de l’Afrique: Joseph Ki-Zerbo
http://www.rfi.fr/emission/20180107-afrique-zerbo-ki-joseph-histoire-specialiste-passe-visionnaire-militant
Bibliographie de Joseph Ki-Zerbo
http://www.fondationki-zerbo.org/wp-content/uploads/2017/11/BIOGRAPHIE_ET_BIBLIOGRAPHIE_BREVES_DE_JOSEPH_KI-ZERBO.pdf
Entretiens vidéos avec Joseph Ki-Zerbo
https://www.youtube.com/watch?v=OiOU6CJ9_l4&t=11s
https://www.youtube.com/watch?v=uIBgId4uFCg
https://www.youtube.com/watch?v=dQ7A1JWwcbw

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :