Malawi à l’honneur – Point Culture

Le Gule Wamkulu

Le gule wamkulu est une danse rituelle pratiquée par les membres initiés de la confrérie Nyau, une société secrète composée d’hommes. Majestueuse et solennelle, cette danse marque un des passages importants du cycle de la vie des Chewa, passage d’une classe d’âge à une autre, d’une saison à une autre, de l’ici-bas à l’au-delà. Les Chewa vivent au Malawi mais aussi en Zambie et au Mozambique. Le Gule Wamkulu remonte au grand empire Chewa du dix-septième siècle. Malgré les efforts des missionnaires chrétiens pour en interdire la pratique, il a réussi à survivre de manière secrète sous le régime colonial britannique.

00197-BIG                               Un membre de la confrérie Nyau durant le Gule Wankulu

 

Dans la société matrilinéaire traditionnelle des Chewa, les hommes mariés jouaient un rôle relativement marginal, le Nyau leur offrait un moyen d’exercer un contrepoids et d’établir une solidarité entre les hommes de plusieurs villages. Ces retrouvailles sont l’occasion de se divertir et d’avoir des moments de convivialité. La fin de l’initiation rituelle des jeunes garçons aux secrets de la société nyau, et leur passage à l’âge adulte, célébré par le gule wamkulu, est aussi au cœur de ces réjouissances.

MW4.jpg                      Accoutrements des danseurs Nyau

Le Gule Wamkulu a lieu après la moisson de juillet, lorsque les travaux agricoles sont terminés et les activités quotidiennes moins prenantes. Mais ce rituelle est aussi célébré lors de mariages, de funérailles, de l’entrée en fonction ou de la mort d’un chef. Pour ces occasions les danseurs Nyau revêtent des costumes et des masques. Les masques sont en bois peint, chamarrés, ornés de plumes animales, de fibres végétales et dissimulent totalement le visage et la morphologie du danseur. Certains gule portent des habits, d’autres se recouvrent le corps de terre argileuse. D’autres masques enveloppent entièrement le corps du danseur. Ces accoutrements représentent toute sortent de créature : animaux sauvages, esprits des morts, marchands d’esclaves..

gulewamkuluwwwafricawildtruckcom                        Les danses durant la cérémonie du Gule Wankulu

Les Chewa exécutent des danses avec une extraordinaire énergie, à la fois divertissant, mystique et effrayant par leur incarnation du monde des esprits et des morts. L’apparition de ces masques à l’imposant pouvoir évocateur inspire un grand respect. Les gule constituent des pôles d’identification puissants pour les villageois. Ils transmettent des savoirs, véhiculent les codes éthiques et sociaux des Chewa en illustrant des comportements du quotidien au travers de la danse. Depuis 2008 le Gule Wamkulu est inscrit sur la liste du patrimoine culturel et immatériel de l’humanité.

Aujourd’hui encore pratiqué au Malawi, il  perd peu à peu sa signification et sa fonction d’origine dans la mesure où il tend à être réduit à un divertissement pour touristes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :