Le Mouvement Rastafari

Religion, philosophie, mode de vie

 

               Le terme Rastafari, littéralement « Tête du créateur », provient de l’amharique ራስ, ras, « duc, chef, prince » (littéralement « tête »), et ተፈሪ, Tafari, « créateur », « craint », ou « respecté ». Ce terme est le nom donné au mouvement religieux né dans les années 30, dont les adeptes se nomment les rastafariens (plus communément appelés « rastas »). S’il est certain que nous avons tous déjà entendu parler du mouvement rastafari, notamment à travers la figure emblématique de Bob Marley, cette brève introduction au mouvement vous permettra d’en apprendre davantage sur cette philosophie. En effet, plus qu’un simple mouvement religieux, il incarne une véritable culture, et surtout un mouvement révolutionnaire d’émancipation et d’unification du continent africain.

Marcus Garvey : prophète du mouvement rastafari

78282726_728610884283099_6956980265054896128_n

« Un Dieu, un but, une destinée ! », tel est le slogan de celui dont on fait souvent référence comme étant « The Black Moses » (« Le Moïse Noir »). 

  Surnommé Marcus « Moses » Garvey, Marcus Mosiah Garvey, né le 17 août 1887 à Saint Ann’s Bay en Jamaïque et mort le 10 juin 1940 à Londres, est l’un des précurseurs du panafricanisme. Leader noir doté de remarquables talents d’orateur et animé par une vision particulièrement radicale, Marcus Garvey n’avait qu’un souhait : obtenir du peuple noir du monde entier qu’il s’unisse et qu’il se fasse entendre. Mû par une forte volonté d’éveil de la conscience historique africaine, il fonda l’UNIA – ACL (Universal Negro Improvement Association and African Communities League). Ce héros national jamaïcain avait pour but ultime de mener le peuple noir à mettre fin à ses souffrances en s’émancipant de la mainmise occidentale, et exigeait le droit au rapatriement des descendants d’esclaves vers l’Afrique (appelé le « Back to Africa » ou le « Repatriation » dans la culture rasta). Garvey rencontrera toutefois de nombreux obstacles au combat qu’il entendra mener. En effet, quelques temps après avoir créé la Black Star Line en 1919, une compagnie maritime dont l’objectif était de servir le projet de rapatriement vers l’Afrique, Marcus Garvey sera emprisonné au pénitencier fédéral d’Atlanta (Etats-Unis), avant d’être forcé, en 1927 à l’exil en Jamaïque, son pays natal. En plus de se voir forcer l’exil, Garvey sera interdit de séjour aux Etats-Unis. 

Aussi bien dans ses discours et ses écrits, que dans ses prêches, Marcus Mosiah Garvey fera très fréquemment référence à l’Ethiopie. Au début des années 20, le révérend James Morris Web prononça une phrase symbolique qui sera ensuite reprise par Marcus Garvey : « Regardez vers l’Afrique, où un roi noir sera couronné, qui mènera le peuple noir à sa délivrance. » 

Cette phrase sera, par la suite, pleinement attribuée au Moïse Noir et sera considérée comme étant une prophétie.

 78342161_718831751942641_7456548660239663104_n Le 2 novembre 1930, Tafari Makonnen (1892-1975) sera couronné Empereur d’Ethiopie en la Cathédrale Saint-Georges à Addis-Abeba. Dénommé enfant, Lij Tafari (Fils du Créateur), il fut alors dénommé Rastafari à l’âge adulte, pour ensuite prendre son nom de Négus (Roi des rois ou Empereur) lors de son couronnement : Haïlé Sélassié 1er

Haïlé Sélassié 1er signifie « Pouvoir de la Trinité Sacrée ». Il sera le 225ème descendant direct de Salomon à s’asseoir sur le trône de David et le 111ème Empereur d’Ethiopie. Fils de Ras Makonnen-Ménélik II, héros qui battit les Italiens qui tentaient d’envahir l’Éthiopie après avoir formé une alliance avec l’Erythrée en 1896, Haïlé Sélassié 1er sera considéré, après son couronnement, comme le « Roi des rois, Seigneur des seigneurs, Lion Conquérant de la tribu de Juda, élu de Dieu, défenseur de la foi, lumière du monde. » 

Annoncé par la prophétie du révérend James Morris Web, le sacrément de Haïlé Sélassié 1er incarna l’heure de la libération. La personne de l’Empereur était synonyme d’espoir pour tout un peuple. Il est érigé au rang de Messie par les adeptes du rastafarisme. Ces derniers voient en lui une matérialisation de Jah (Dieu) et considèrent qu’il a été élevé au rang d’Empereur par Dieu pour « l’accomplissement des Ecritures ». 

Sa Majesté l’Empereur Haïlé Sélassié 1er prononça les mots suivants : « Il n’est pas suffisant de simplement regarder et admirer la beauté naturelle et fertile de l’Ethiopie. Il est dans nos obligations de travailler pour le bénéfice de ce pays dont le sol fertile nous a été confié par Dieu-Tout-Puissant ».

Ainsi, à l’instar de Marcus Garvey, l’Empereur préconisait une philosophie panafricaniste et prônait l’Union du peuple noir partout où il se rendit. Il créa notamment l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) en 1963 et sera élu premier Président de cette organisation qui siégeait à Addis-Abeba, capitale de l’Ethiopie. 

La bible : fondement des croyances rastas

76730688_1125969467607703_819533558837149696_nLa grande majorité de la population jamaïcaine est de confession chrétienne. Au début du XXème siècle, avec l’émancipation de la mentalité esclavagiste, l’interprétation occidentale de la Bible va être remise en question par le mouvement rastafari. 

Le verset fondateur de l’éthiopianisme est le suivant : « Des grands viendront d’Egypte ; l’Ethiopie tendra les mains vers Dieu » (Psaume 68 : 31) 

Si la Bible est le fondement des croyances des rastafariens, le mouvement rastafari appel à une importante remise en question de la version de la Bible admise par les anglicans. Considérant cette version de la Bible « trop blanche », ils utilisèrent alors la Holy Piby (aussi nommée la « La Bible Noire »), version de la bible datant du XXème siècle réécrite par Robert Aathlyi Rogers. L’objectif de ce dernier ? Prouver que Jésus, ses apôtres et l’ensemble des enfants d’Israël sont noirs. Certains passages de la Bible ont une symbolique forte pour les adeptes du mouvement. Ainsi, le deuxième exil à Babylone est l’incarnation, pour les rastas, de leur exil d’Afrique, alors qu’ils étaient esclaves des Babyloniens modernes qu’incarnaient les colons britanniques. Babylone a donc une représentation biblique très importante, il incarne l’opposé de Jérusalem. Avec la condition des noirs dans le monde due à l’esclavage, la colonisation et la domination blanche de manière générale, les rastafariens se considèrent comme le nouveau peuple juif et Babylone représente l’Occident. Ils se tournent particulièrement vers l’Eglise éthiopienne qui est l’une des plus anciennes église du monde et qui est considérée comme la terre d’exil, la terre promise des noirs. 

Plus qu’un mouvement religieux, une véritable culture

« Rastafari est plus qu’une religion, c’est notre Vie, un Mode de Vie Total, fondé sur la Paix, l’Amour la Pureté, la Vérité et la Justice qui sont représentés dans la Personne de Sa Majesté Impériale l’Empereur Haïlé Sélassié I. » Moïse Culture

L’un des morceaux emblématiques du mouvement : https://www.youtube.com/watch?v=kOFu6b3w6c0 (Bob Marley – Redemption Song)

À l’image de ses précurseurs et de ses figures emblématiques, le mouvement rastafari prône l’émancipation du peuple noir, l’unification du continent africain ainsi que le retour à la terre mère. Véritable acte révolutionnaire dans une société ségrégationniste, ce mouvement qui émergea premièrement en Jamaïque mais dont l’inspiration est purement africaine, est un mode de vie, une culture. Au cœur de ce mode de vie, on retrouve notamment le vœu de Naziréat, qui est présenté dans la bible (Nombres 6 : 1-21). L’adepte qui suit ce vœu et choisi ainsi de consacrer sa vie à Jah, devra appliquer certaines règles de vie, parmi lesquelles on compte : l’interdiction de se couper ou se coiffer les cheveux avec un peigne, ce qui donna naissance aux dreadlocks ou encore l’interdiction de consommer de la viande, du vin ou de l’alcool.

Plus qu’une simple mode, les dreadlocks ont une véritable symbolique pour les adeptes du mouvement. En effet, l’homme étant fait à l’image de Dieu, se couper les cheveux reviendrait à s’éloigner de cette image. De surcroît, les dreadlocks représentent la crinière du lion, animal craint, et sont un moyen de montrer la force de la culture rasta, de ses adeptes mais surtout un signe de résistance. 

L’ensemble des principes fondamentaux de la diète des Rastas se trouvent donc dans la Bible. Bien que certains Rastas mangent du poisson et quelques-uns de la viande, l’idéal reste composé de repas végétariens et sans sel. Ce végétarisme est inspiré par deux passages de la Bible : 

« Vous ne mangerez pas la chair avec son âme, c’est-à-dire le sang » Ancien Testament, Genèse 9 :4

« Sur toute la surface de la terre je vous donne les plantes produisant des graines et les arbres qui portent des fruits avec pépins ou noyaux. Leurs graines ou leurs fruits vous serviront de nourriture ». Genèse 1 : 29.

Parmi les autres éléments phares de la culture rasta, on trouve bien évidemment l’usage spirituel et religieux du cannabis. Pour les rastafariens, le cannabis est une plante sacrée qui les aide à la méditation. Ils l’associent à l’arbre de Vie mentionné dans la Bible : « Là, entre deux parties du fleuve, il y a l’arbre de la vie. Il donne des fruits 12 fois dans l’année, une fois par mois, et ses feuilles servent à guérir les peuples. » ( Apocalypse 22 : 2) 

Bibliographie : 

  • Paragraphe introductif : 

http://www.histophilo.com/mouvement_rastafari.php

https://www.lepoint.fr/culture/ethiopie-le-blues-de-la-generation-rastafari-03-01-2016-2006673_3.php

  • Marcus Garvey : prophète du mouvement rastafari 

http://www.lemondedesreligions.fr/savoir/la-prophetie-rasta-01-01-2010-947_110.php

  • La bible : fondement des croyances rastas 

https://philharmoniedeparis.fr/fr/magazine/negus-christ-histoires-du-mouvement-rastafari

Moïse Culture, Zion La foi des rastas, Editions L’Harmattan, 2003 

Ivan Triquenaux, Rastafarisme : une quête d’identité, Université Paris Diderot – Paris 7 2004

image
Rachelle KUTU, étudiante en M1 Droit International Général et membre active d’ESMA

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :